Fool’s Paradise, la review du Tome 1 !

 Yush ! « Ma. » pour une nouvelle review sur… Fool’s Paradise !
Cette fois-ci le titre est édité par Kana, plus précisément dans sa collection « Dark Kana » puisqu’il s’agit un Seinen pour public averti. Tout comme Meian, c’est un éditeur que j’apprécie beaucoup et qui dispose d’un très large catalogue de qualité, pour les plus connus : Death Note, Assassination Classroom, Hunter x Hunter, Psycho-Pass, etc… il y en a vraiment trop pour tous les citer !

Notre manga d’aujourd’hui, Fool’s Paradise en japonais Gūzō Jihen – Hato ni Himei wa Kikoenai (偶像事変~鳩に悲鳴は聞こえない~) est un thriller japonais datant de 2016, dessiné par Misao, scénarisé par Ninjyamu et on peut dire qu’ils s’en sortent très bien pour leur premier manga : Fool’s Paradise. Il sera pré-publié dans le Young Magazine The 3rd et sera édité par la suite par Kodansha. L’œuvre est terminée au Japon depuis le début de l’année et elle comprend 4 tomes dont le 1er est sorti le 21 septembre dernier en France, vous pouvez d’ailleurs le trouver au prix de lancement de 5,95€ à l’occasion de sa sortie. Une question se pose alors naturellement…

Fool’s Paradise mérite-t-il votre attention ?

Pour être franc, je n’aurai pas spécialement conseillé ce titre au début de ma lecture mais tout change rapidement au milieu du tome, le thriller se dessine réellement et à la fin le plot twist tombe, pour notre plus grand plaisir !

Japon 20xx, on y suit ce que l’on croit être un professeur, Tatsuya Kudô un spécialiste du système judiciaire qui donne des conférences, notamment sur un nouveau programme de réinsertion pour jeunes délinquants. Le pays a connu la terreur quelques années auparavant avec un poseur de bombes quelque peu particulier… Kazutaka Nichiya 13 ans et déjà tout le pays à dos. Il sera arrêté et échappera à la peine de mort en suivant ce fameux programme « SRTP » un protocole de réinsertion américain se ventant d’un taux de récidive égal à… 0% ! Mais mystérieusement les attentats vont reprendre à l’encontre cette fois-ci de Sela Hiiragi une idole très en vue comptant des millions de fans à travers tout le pays dont Mr Kudô est un membre du fan-club. Très vite le pays s’embrase dans une chasse aux sorcières de plus en plus incontrôlable…

Un bureau d’enquête est alors créé afin d’investiguer sur les attaques à l’encontre de Sela Hiiragi, plusieurs pistes sont explorées mais le coupable court toujours tandis que les passions les plus meurtrières se déchaînent de tous les côtés y compris là où on s’y attend le moins, seul Mr Kudô semble garder son sang-froid.

À la fin du tome, des révélations tombent poussant le lecteur à relire le tome 1 sous un nouveau regard, le tome se termine sur un mystérieux personnage me faisant agréablement penser à « L » de Death Note et l’intrigue prend un nouveau tournant.

Conclusion

Kana ajoute une agréable série courte à sa collection, ce thriller saura ravir les amoureux de psychologie humaine car c’est ce vers quoi tend l’histoire, l’intrigue d’un postulat banal à première vue devient très vite prenante et il nous hâte vraiment de connaître la suite, notamment avec l’emballement de l’intrigue en milieu de tome comme je le disais plus haut. Le scénario de Ninjyamu s’étoffe au fil des pages et il sait surprendre son lecteur, les dessins de Misao sont simples mais efficaces notamment certaines scènes bien réalisées, les traits ne pourront qu’être meilleur pour le tome 2. Le tome en lui-même est de très bonne qualité, aucun problème à signaler.

 

Pour toute ses raisons et parce qu’il me presse de découvrir la suite, j’attribue la note de 8/10, et attend donc impatiemment le tome 2 à paraitre le 7 décembre 2018 😉

Ma.