Fire Force, la review des trois premiers tomes !

Yush ! « Ma. » pour une nouvelle review… on s’attaque aujourd’hui à Fire Force !

Après le surprenant Fool’s Paradise on reste avec Kana pour ce manga de la collection « Shonen Kana ».
炎炎ノ消防隊 (En’en no shōbōtai) en français « Fire Force » est un shonen prépublié dans le Weekly Shōnen Magazine et édité par Kōdansha dont le premier tome paraîtra le 23 septembre 2015 au Japon et qui est toujours en cours avec 14 tomes actuellement. En France Kana s’occupe de l’édition depuis 2017, le tome 8 est sorti au début du mois d’octobre.
Ce manga est l’idée d’Atsushi Ōkubo également connu pour être l’auteur et le dessinateur du shonen à succès « Soul Eater » manga par lequel il se distinguera notamment. Tout comme ce dernier il s’occupe de la scénarisation et des dessins pour Fire Force, pourquoi changer une recette qui fonctionne après tout !

La recette Atsushi Ōkubo

L’histoire se déroule au Royaume de Tokyo d’inspirations occidentales, japonaises dans un univers steampunk que ça soit à travers les véhicules, armes ou les grandes battisses que forment les casernes de la Fire Force.  L’idée originale derrière ce manga est de représenter une catégorie de personnes que l’on voit assez peu représentées en général dans les fictions… Les pompiers ! De magnifiques uniformes, des vestes impeccables mais attention, dans Fire Force ce sont des pompiers qui combattent les flammes par les flammes, rien que ça !

Ces pompiers quelques peu atypiques font partie d’une brigade spéciale appelée la « Fire Force » ils ont pour but d’enquêter et de combattre sur de mystérieux phénomènes…

La combustion spontanée ou auto-combustion est un phénomène par lequel un individu s’enflamme sans cause direct, de nombreux cas sont déjà recensés dans tout le Japon… ainsi l’un des objectifs de la Fire Force est de comprendre ce phénomène afin d’y mettre un terme.

Les torches humaines sont la conséquence de l’auto-combustion, des « choses » qui semblent prendre possession des corps après que ces derniers se sont embrasés, hors de contrôles elles nécessitent l’intervention express de la Fire Force.

Le manga s’articule donc autour de cette thématique et du mystère de la combustion spontanée qui s’apparente à un véritable fléau. Pour ce faire trois grands organismes qui sont l’armée, l’église du saint-soleil et les industries Haijima vont créer la Fire Force et la diviser en brigades au nombre de huit chacune avec un rôle bien particulier et toujours sous l’égide d’un des trois grands organismes.

Vous vous en doutez bien, les intérêts des uns ne sont pas forcément dans l’intérêt des autres et la politique va vite s’en mêler…

L’univers

Fire Force est un « nekketsu » incarné par Shinra le héros. Enfant, il perd sa mère et son petit frère dans le mystérieux incendie de sa maison, il sera secouru par la 1ère brigade et des rumeurs circuleront l’accusant d’être à l’origine de l’incendie, dès lors il sera surnommé « le démon » notamment à cause du sourire figé qu’il a lorsqu’il est stressé, le menant à bon nombre de malentendus au cours de l’histoire. Son souhait est de devenir un « héros » en mettant un terme au phénomène de combustion spontanée et de résoudre le mystère derrière l’incendie de sa maison, pour ce faire il intégrera la Fire Force et sera attaché à la 8ème brigade dirigée par Obi, un ancien pompier chargé d’une mission secrète…

Shinra est détenteur de pouvoir de troisième génération, c’est-à-dire qu’il peut créer des flammes, dans son cas elles proviennent de ses pieds et il s’en sert notamment pour combattre les torches humaines lorsque celles-ci sont incontrôlables ou quand il doit faire face à des ennemis plus… « humains ». Les détenteurs de troisième génération ont chacun une manière spécifique de manifester leur pouvoir ce qui rend chaque personnage unique. Les détenteurs de pouvoir de deuxième génération quant à eux peuvent manipuler des flammes existantes, chacun à leur façon. Les membres de la Fire Force sans aucun pouvoir utilisent quant à eux des équipements des industries Hajima ainsi que leurs très bonnes aptitudes physiques.

 

La 8ème brigade dont fait partie Shinra est la plus petite et la plus récente des brigades, elle comporte 5 membres à son commencement et l’on apprendra plus tard que son but est d’enquêter sur les autres brigades et notamment découvrir si l’une d’entre cache le secret de la combustion spontanée.

 

Un bon shonen ?

Le terme nekketsu peut en faire fuir certains dont moi étant plus proche des seinen, cependant force est de constater que Fire Force dispose de nombreuses forces qui en font un bon manga, tout comme l’Attaque des Titans, pilier du genre, on retrouve des similitudes dans ces deux titres que je vais vous exposer.

L’univers de Fire Force est riche, si je prends par exemple les trois grandes organisations que j’ai cité plus haut, elles me font penser à celles que l’on retrouve dans l’Attaque des Titans ou dans les deux histoires une trame politique de grande envergure se joue tout au long des intrigues, ainsi je pense que Fire Force a un grand potentiel, au fil des tomes des découvertes sont faites et l’histoire s’enrichit, l’histoire prend en maturité et sait intéresser le lecteur.

Autre point de comparaison la « malédiction », si je reprends mon point de comparaison avec l’Attaque des Titans, dans le premier nous avons les titans qui sont là et l’histoire va s’en servir pour animer l’œuvre tout du long, c’est ce que l’on retrouve avec le mystère des torches humaines dans Fire Force, le lecteur est maintenu en haleine au fil des tomes, allant de rebondissements en rebondissements et nous promet du très bon pour la suite, j’en suis convaincu ! D’où proviennent les titans ? D’où proviennent les torches humaines… ?

Au-delà de ça les personnages ont tous une identité propre à travers des traits de caractères spécifiques, ce qui permet d’amener une multitude de scènes, marrantes, loufoques, étonnantes et permet d’aérer l’histoire et ne jamais lasser le lecteur. Cette multitude de caractères rend vivant le manga et permet de s’attacher (ou non) à certains personnages, les « méchants » notamment sont très bien réussi, un superbe chara-design et c’est d’ailleurs là où l’on peut féliciter Atsushi Ōkubo, avoir réussi à la fois le côté scénaristique mais également les dessins, que cela soit les personnages, les bâtiments, la ville ou alors les différentes armes ou véhicules et ce côté steampunk qui rend très bien dans l’œuvre, c’est un manga très sympathique à lire et encore une fois un très bon travail de la part d’Atsushi Ōkubo.

Fire Force est un manga intéressant, ne vous arrêtez pas au premier tome ou l’histoire se met en place et les personnages introduits mais continuez votre lecture, personnellement le personnage de Shinra (le protagoniste) m’a un peu rebuté au début pour ce côté nekketsu un peu trop prononcé mais en continuant la lecture la sauce prend et on se plaît de plus en plus à chaque tome, une intrigue vraiment intéressante et mature s’éloignant d’un simple nekketsu bête et méchant.

Conclusion

Fire Force est un shonen à découvrir, la parution est encore relativement peu avancée avec ses huit tomes et il n’est pas trop tard pour s’y mettre notamment avec les offres Kana un tome acheté un tome offert qui sont idéales selon moi pour débuter Fire Force car passer la fin du premier tome l’histoire se met réellement en branle et elle devient de plus en plus intéressante.

Rien à redire sur la qualité des tomes, tout est nickel !

Pour toutes ces raisons et parce que je pense qu’il y a beaucoup de potentiel derrière Fire Force, j’attribue un 8/10 sur l’ensemble des trois premiers tomes et il me tarde de le continuer !