Moriarty – Review des deux premiers tomes !

Yush

« Ma. » pour une nouvelle review ! Après Fool’s Paradise et Fire Force on entame la dernière review Kana de l’année avec Mortiarty de la collection Dark Kana. Yuukoku no Moriarty / 憂国のモリアーティ est un shonen assez récent puisqu’il paraît en 2016 au Japon et sera prépublié dans le Jump SQ de la Shūeisha.

L’œuvre comptabilise sept tomes à ce jour au Japon, en France Kana s’occupe de l’édition et les trois premiers tomes sont d’ores et déjà disponibles. Le manga est une adaptation des écrits (romans et nouvelles)d’Arthur Conan Doyle, le créateur de Sherlock Homes. Ici Takeuchi Ryosuke le scénariste mais aussi Miyoshi Hikaru le dessinateur ont décidé de se focaliser sur l’ennemi le plus redoutable de Sherlock Holmes et d’en faire le héros… vous l’aurez deviné il s’agit de Moriarty !

Professeur William James Moriarty

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu les écrits d’Arthur Conan Doyle ou bien même de connaître Sherlock Homes car Moriarty est une adaptation,elle reprend certains éléments de l’œuvre originel tels que certains protagonistes, le contexte historique mais avec la touche Takeuchi Ryosuke. Finalement il raconte une nouvelle histoire ou le point de vue diffère car cette fois-ci le héros est le plus grand rival de Sherlock Holmes ! C’est ce qui en fait une œuvre à part entière notamment quand on sait que Takeuchi Ryosuke a travaillé plus d’un an pour parfaire ses connaissances sur l’Empire Britannique qui est le contexte historique initial de l’œuvre.

 L’histoire se déroule donc au 19ème siècle en Angleterre, la noblesse y règne en maître grâce à un système de caste sociale pyramidale qui scelle la vie de chacun à la naissance, du bas vers le haut, le sous-prolétariat, le prolétariat, la classe inférieur, moyenne et enfin la classe supérieure, des nobles dont la famille Moriarty font partie. Cette famille décide de se faire bien voire en adoptant un jour deux jeunes frères orphelins William et Louis dans l’orphelinat de la ville, tout ça pour en faire ses domestiques… ce qui va fortement déplaire à Albert le fils ainé de la famille Moriarty, ce dernier rêve d’un monde nouveau, plus juste. Il voue une haine en la noblesse actuelle et ses déboires donc en sa propre famille… Il va voir en ses deux orphelins l’opportunité de réaliser ce rêve. En effet William l’ainé des orphelins dispose de capacités intellectuelles hors du commun et il pourrait bien être la clé de voûte du projet d’Albert pour abolir ce monde injuste.

Histoire

L’histoire s’articule donc autour de cette thématique d’injustice sociale, Albert prêt à tout pour son rêve de justice va libérer les deux orphelins de leur condition « d’esclave » d’une façon très surprenante et tous les trois vont entreprendre leur vaste projet d’un monde meilleur. Cependant pour eux la fin justifie les moyens et la mort en fera partie. On va donc suivre le destin commun de ces trois personnages que tout oppose notamment à travers les enquêtes de William James Moriarty devenu conseiller privé, il également professeur de mathématiques à l’université tout comme dans l’œuvre original. De son temps libre et en tant que conseiller privé, il va résoudre bons nombres problèmes du bas peuple avec l’aristocratie là ou ses capacités intellectuelles s’exprimeront à merveille. Ces différentes enquêtes plus au moins importantes sont intéressantes à suivre notamment si vous êtes un adepte du genre policier, on peut admirer toute l’ingéniosité de William à l’œuvre et le manga va s’enrichir des nouvelles rencontres de nos trois frères au cours de ces dernières.
Le deuxième tome accélère l’histoire encore un peu plus avec la mise en place du premier plan des Moriarty afin de renverser la noblesse corrompue, le « théâtre à ciel ouvert » ! C’est aussi dans ce tome à travers une croisière assez mouvementé que l’on retrouve un autre personnage très important et intéressant… Sherlock Homes !

Qui suivre ?

Le tome 2 introduit une nouvelle vision de l’histoire grâce à Sherlock Homes, en effet si au tout début de l’histoire nous étions qu’avec les frères Moriarty et leurs comparses, l’apparition de Sherlock Holmes nous apporte un autre point de vue notamment avec l’apparition de John son colocataire médecin et miss Hudson sa propriétaire au caractère bien trempé. Ces trois-là forment une bande bien sympathique et cela nous donne donc l’opportunité de suivre l’histoire différemment et de même choisir son camp ;Les frères Moriarty qui tuent pour le « bien » ou bien la bande de Sherlock Holmes au service de la vérité ? Ceci permet une certaine nuance avec des idéaux nouveaux et va ainsi ajouter de la profondeur à l’histoire.Cette dernière va comme se scinder en deux, ce qui enrichi forcément la narration. Au niveau des dessins rien à redire Miyoshi Hikaru (qui a aussi dessiné Psycho-pass) reflète très bien les expressions faciales, les décors sont également réussis notamment le manoir du premier tome dont l’ambiance ressort très bien avec un jeu de lumière réussi.

Conclusion

Moriarty a du potentiel, le fait que Takeuchi Ryosuke face du grand ennemi de Sherlock Holmes, le protagoniste de l’histoire permet d’exploiter différentes facettes de l’histoire de base. Sur certains aspects Moriarty me fait un peu penser à Kira de Death Note, une grande intelligence,un intérêt humanitaire tâché de sang et deux antagonistes dans lesquels ils se retrouvent : L pour Kira et forcément Sherlock Homes pour Moriarty. Deplus comme je le disais plus haut le fait qu’il y ait deux points de vue dans l’histoire se retrouve aussi dans Death Note. Enfin les personnages qui accompagnent William et Sherlock apportent un vrai plus à la narration en apportant chacun quelque chose.

Il sera intéressant de suivre les prochains tomes pour voir si l’essai se confirme après un très bon deuxième tome, pour toutes ses raisons j’attribue une note de 7,5/10 pour le tome 1 et 2.